Jean-Pierre Mohen, Conservateur général du patrimoine (2/2)

Jean-Pierre Mohen, directeur de la rénovation du musée de l’Homme (2/2)

Qui n’a connu l’université de Paris 1 dans les années 80, ne peut imaginer à quel point cette université était l’image de la vitalité, du progrès, de l’enthousiasme et du renouveau dans la recherche, de cerveaux bien pleins et sans frontières, cela dans n’importe quelle discipline.

C’est pourquoi recevoir Jean-Pierre Mohen, un des enseignants phares de cette période est un honneur.

Au même titre que Jean-Paul Demoule, Marion Lichardus, Yvette Taborin, Robert Fossier, Paul Benoit, Jean Chapelot, Olivier Buchsenchutz et de bien d’autres encore, enseignants tous excessivement brillants, Jean-Pierre Mohen nous a fait voyager avec passion par la pensée, nous permettant d’appréhender d’autant mieux ces périodes difficiles que sont les temps anciens de l’Humanité.

Jean-Pierre Mohen nous parle de sa jeunesse, de ses premiers rapports avec l’archéologie préhistorique puis protohistorique et de la route qu’il a suivie pour toujours entreprendre des projets passionnants.

La vie professionnelle de Jean-Pierre Mohen est remplie de projets, de missions, tous aussi passionnants les uns que les autres. Le dernier en date est celui de la réorganisation du Musée de l’Homme.

Depuis le début du XXe siècle, les scientifiques cherchent à développer la recherche sur l’Homme comme Paul Richet a pu le déterminer : « développer une science de synthèse composée de l’étude des caractères physiques des peuples ou anthropologie proprement dite et de l?étude des caractères matériels des civilisations préhistoriques et subactuelles ».

Quel renouveau peut-on apporter dans la muséologie pour comprendre l’homme dans toute son HUMANITE en militant pour une grande intégrité scientifique sans tomber dans un certain prosaïsme ? Ecoutons Jean-Pierre Mohen nous parler de sa vision d’un grand musée de l’Homme.

Laisser un commentaire